L’édition scientifique dans le contexte des politiques en faveur de la science ouverte

En réponse à une démarche engagée par le Président du Syndicat national de l’édition, le médiateur du livre publie un projet d’avis sur la politique en France en matière d’édition scientifique et de science ouverte et les enjeux qu’elle soulève tout particulièrement pour l’édition de sciences humaines et sociales.

Alors que le principe d’un deuxième plan de soutien à l’édition scientifique a été annoncé, après un premier plan 2017-2021, la politique française de l’édition scientifique reste un objet à construire. Un observatoire a été mis en place en décembre 2021 par les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de la Culture. Tandis que le débat a souvent opposé de façon frontale les tenants de la science ouverte et les défenseurs de l’édition privée, le médiateur du livre propose des pistes pour un dialogue constructif.

L’idée majeure qui inspire ce projet d’avis est que le numérique et la science ouverte appellent une réinvention de la fonction éditoriale qui rend encore plus précieux le rôle que jouent les éditeurs, publics et privés, dans la publication des travaux de la science. La politique de science ouverte s’est, en France comme ailleurs, légitimement définie dans la réponse aux positions et aux pratiques des grands éditeurs internationaux du domaine scientifique, technique et médical. Elle ne peut cependant faire l’économie d’une approche particulière du domaine des sciences humaines et sociales, où la France possède un riche tissu d’éditeurs, privés comme publics, dont la diversité est une garantie de la vitalité du débat d’idées et du pluralisme démocratique. Ce secteur est un secteur souvent fragile, en pleine mutation et en besoin de visibilité.

Le projet d’avis se conclut par seize pistes de recommandations, déployés selon cinq axes : le choix d’un soutien véritable à l’édition de revues de sciences humaines et sociales, les modalités pertinentes d’une ouverture accrue de leur publication, les leviers de politique publique à mettre en œuvre, la nécessaire attention fine aux problématiques diverses des disciplines et des modes de publication et, enfin, la gouvernance de la politique en faveur de l’édition de revues de sciences humaines et sociales.

Le médiateur du livre soumet ce projet d’avis à l’ensemble des parties intéressées et poursuivra la concertation pour jouer son rôle de rapprochement des points de vue dans la perspective d’un avis définitif d’ici l’automne.

Téléchargez le communiqué de presse

Téléchargez le projet d’avis sur l’édition scientifique dans le contexte des politiques de science ouverte

20 mai 2022

Ouverture d’une concertation sur l’édition scientifique et les politiques de science ouverte

Le 11 mars 2022, le médiateur du livre a rendu public, au terme d’une première phase d’expertise et de consultations, un projet d’avis sur l’édition scientifique dans le contexte des politiques de science ouverte.

Ce document répond à une saisine du 10 juin 2021 du président du Syndicat national de l’édition dans le cadre des compétences qu’exerce le médiateur sur les rapports entre édition publique et édition privée. Il formule une analyse approfondie des enjeux d’avenir de l’édition scientifique en France, notamment de revues de sciences humaines et sociales, et présente des recommandations à l’ensemble des acteurs concernés.

Sur la base de ce projet d’avis, le médiateur du livre a poursuivi un dialogue fructueux avec le ministère chargé de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et le ministère de la Culture. À l’invitation de Mme Christine Cherbut, sa présidente, Il a présenté ses analyses et ses conclusions provisoires aux membres de l’Observatoire de l’édition scientifique créé par les deux ministres pour engager un travail constructif sur un sujet marqué par des clivages anciens.

Le médiateur du livre lance aujourd’hui une phase publique de concertation destinée à affiner ses analyses et parachever ses recommandations d’ici l’automne prochain.

Il invite l’ensemble des acteurs intéressés par ce sujet important à se saisir de son projet d’avis en lui adressant des prises de positions écrites (2 pages maximum) qu’il pourra rendre publiques en même temps que son rapport définitif, ou en le contactant pour une audition ou pour toute rencontre qui leur semblera utile.

Les parties intéressées sont invités à transmettre leurs observations sur le projet d’avis d’ici le 15 septembre 2022 ou à prendre contact avec M. Simon Vialle, délégué auprès du médiateur du livre (contact@mediateurdulivre.fr)